Planter un arbre : un des plus beaux gestes que chacun puisse faire pour la nature… et pour son âme. Planter un arbre, c’est un geste de confiance en l’avenir. C’est un geste d’humilité aussi, car ce jeune arbre que nous plantons avec soin aujourd’hui deviendra un grand frêne ou un majestueux chêne-liège qui nous dominera de toute sa hauteur, et continuera de vivre bien après nous… comme nos enfants.

Alors cette année à l’Aube du Chêne, nous avons poursuivi notre programme d’agroforesterie démarré en 2009 avec l’association Arbre et Paysage 32. Notre premier objectif : restaurer 600 mètres de haies qui avaient été arrachées autour de nos prairies. Un projet qui suppose de planter pas moins de 700 arbres et arbustes, en séquences choisies par Arbre et Paysage, qui étudie depuis des années les combinaisons les plus adaptées aux conditions locales.

 Ces haies vont ainsi contribuer à réguler le climat, fournir de l’ombre aux animaux, protéger les sols de l’érosion, briser les vents, et régénérer la biodiversité en abritant de multiples insectes et oiseaux qui à leur tour vont protéger les cultures et les prairies. A noter qu’avant de nous lancer dans ce programme de plantation, soutenu par le Conseil Général, nous avions démarré par un travail tout simple de régénération naturelle assistée : protéger les arbres qui repoussent spontanément dans les haies et les prés, en leur mettant un beau grillage anti-chevreuil qui les protège aussi de leur principal ennemi, la barre de coupe des services d’entretien de la voirie !

Et les enfants dans tout ça ? Après tout, c’est aussi pour eux que nous plantons ces arbres dont, espérons le, ils profiteront plus que nous ! Alors pour que les enfants soient de la fête, en attendant notre prochaine colonie de vacances, nous avons convié les enfants de l’école de Lagraulet-Laurët à venir prêter leurs petites mains à notre beau projet d’agroforesterie. Et c’est ainsi que sous la patiente supervision de Fabien, notre animateur spécialisé environnement, et de Gauthier, animateur de Gascogna Terra venu nous prêter main forte, les enfants on creusé, planté, arrosé… sans oublier une tradition importante : écrire leur nom sur un petit bout de papier que nous avons enterré au pied d’un arbre, bien à l’abri dans une bouteille, à l’attention des générations futures.