Chaque année, des milliers de jeunes et de moins jeunes passent le BAFA (Brevet d’aptitude aux fonctions d’animateurs), sésame pour être animateur en colonie de vacances. Après une première session générale et un stage pratique, la formation se termine par une session d’approfondissement centrée sur un thème choisi par les futurs animateurs. Education Environnement 64, membre du groupe national « Sortir ! », du réseau Ecole et Nature et du Graine Aquitaine, organise des formations de grande qualité sur le thème de l’animation Nature / Environnement… à laquelle j’ai eu le plaisir de me joindre récemment en tant que formatrice. En route pour 6 jours dans les Pyrénées sous la neige avec une quinzaine de jeunes de 17 à 30 ans…

Une journée de découverte au coeur de la nature

Fidèle à sa pédagogie active, fondée sur l’expérience du réel, Education Environnement 64 démarre ses stages par une phase d’immersion dans la nature, le plus souvent ponctuée d’un bivouac ou d’une nuit en gîte ou cabane. Les Pyrénées étant couvertes de neige, c’est donc les raquettes au pied que nous sommes partis explorer les environs de Lescun, en pleine nature au coeur de la vallée d’Aspe.

L’esprit de cette phase de contact avec la nature est de permettre aux participants de découvrir différentes activités centrées sur la nature et l’environnement, afin de susciter des envies, des idées de projet pour aller plus loin… et bien sûr, cette phase riche en aventures et découvertes est un excellent moyen pour le groupe de se découvrir et tisser de premiers liens, d’autant plus forts qu’ils sentent bon le froid et les rires partagés.

Premier arrêt pour une « lecture de paysage » : un jeu d’écoute, excellent pour renforcer la coopération. Un membre du groupe décrit un paysage à un autre qui lui tourne le dos et doit le dessiner sans voir le modèle. Le tout avec des fusains fabriqués lors de la pause avec une méthode naturelle : prendre une boîte de conserve en fer-blanc, la remplir de bâtonnets de fusain ou noisetier, la fermer avec une feuille d’aluminium (avec un trou pour laisser échapper vapeurs puis fumées), et la chauffer sur un réchaud à gaz.

 

Et lorsqu’il n’y a pas de gaz pour fabriquer les fusains ? Eh bien, il suffit d’allumer un feu dans la neige ! Plus simple qu’il n’y paraît, en utilisant le principe de la pyramide inversée : déposer les gros morceaux de bois dans un trou de neige, puis les branches fines et enfin les brindilles qui, en brûlant, tomberont dans le trou et allumeront les grosses bûches.

 

 

 

Les détectives au village

Deuxième journée de la phase découverte : après le réveil, une petite série de jeux pour continuer à faire connaissance, et notamment le jeu du miroir. Les participants, deux par deux, dansent en faisant tenir un bâton fin entre leurs doigts tendus. Chacun conduit la danse à tour de rôle… idéal pour développer l’écoute, l’attention à l’autre, à son regard, à ses gestes…

La journée continue sur le terrain avec une découverte du village de Lescun, accompagné de questions et d’un défi : construire une animation pour une colonie de vacances permettant aux enfants de découvrir le village. Le soleil est au rendez-vous et les sourires sont sur les lèvres.

Des projets de découverte de la nature

Cette première phase de contact permet ensuite à chacun, en petits groupes, de choisir une thématique à approfondir, qui sera ensuite présentée au reste du groupe par le biais d’animations. Peinture naturelle à base de terre, de lierre et de jus de cendre, construction d’un igloo dans la neige, découverte des traces et indices de la faune, orientation sans carte ni boussole, atelier botanique… chacun travaille sur son projet tout en alternant avec des séances de réflexion sur l’animation nature environnement en mode « café-philo », une analyse des stages pratiques, et des apports plus formels sur l’autorité ou la coopération.

L’animation nature-environnement : moyen d’épanouissement de l’enfant ou de protection de la nature ? Tel est le thème de ce « café-philo », une méthode de construction commune des idées qui consiste non pas à débattre, mais à discuter de manière progressive, avec des règles très strictes. Chacun prend la parole à tour de rôle, et s’interdit de répondre en soutien ou en opposition des orateurs précédents. Un animateur donne la parole  tour de rôle à ceux qui la demandent. De temps en temps, un reformulateur clarifie les propos qui le nécessitent. A mi-parcours et à la fin de la discussion, un synthétiseur résume l’avancement du débat.

Le dernier jour donne lieu à un bilan du stage… et après une soirée en danses et chansons, le départ se termine avec quelques larmes d’émotions. Chaque stagiaire repart plus riche de nouvelles rencontres, de nouvelles méthodes d’animations et surtout d’une philosophie : éduquer les enfants dehors, au contact de la nature et du réel.

Le mot de la fin se trouve sur les murs de Lescun : « Un homme peut prouver à sa femme qu’il l’aime en lui offrant une douzaine de roses, son petit-fils peut faire la même chose en lui offrant une poignée de pissenlits… » à méditer !